Le President Macron en guerre contre lui même

Emmanuel Macron, dans sa première allocution la veille du début du confinement, nous a annoncé dans un ton très solennel que la france est entré en guerre contre un ennemi invisible.

Le moins que l ‘on puisse dire c’est que l ‘info pour autant inquiétante était  déjà dans toutes les têtes. La fermeture des établissements non indispensables le samedi soir minuit après les écoles collèges et universités deux jours plus tôt a  été perçue comme une véritable onde de choc .

Le Président Macron qui avait réuni un conseil de défense autour d’un déjeûner de travail au palais de l ‘élysée le lundi 16 mars à midi, nous avait annoncé le soir même à 20 h dans un langage sybillin le début des mesures de confinement. Le mot n avait d ‘ailleurs pas été prononcé lors de l allocution et c ‘est l intervention du ministre Castaner à 21H30 qui en avait  en précisé les modalités .

Les décisions prises lors de ce conseil de défense , après consultation du conseil scientifique mis en place par Emmanuel Macron , ont conduit au confinement que l ‘on connait depuis le mardi 17 mars midi.

Et pourtant ce conseil scientifique qui vient de recommander activement la prolongation du confinement pour au moins 15 jours supplémentaire n ‘a pas toujours tenu un langage aussi radical.

Yazdan Yazdadanpanah, chef de service des maladies infectieuses au CHU Bichat , membre influent de ce conseil scientifique nous affirmait fin janvier, alors que les autorités chinoises commençaient le confinement total de la ville de Wuhan capitale de la province du Hubei et ses 11 millions d ‘habitants, 

que sur le risque d ‘épidémie en france que  «il peut y avoir un cas», mais qui serait rapidement contenu ,et d ‘ajouter   » Il ne va pas y avoir une épidémie en France parce qu’on est justement préparés», 

Visionnaire , le madame Irma du conseil scientifique avait réitéré ses prédications sur RTL Matin dans la foulée de son intervention sur france 5 en affirmant que

  «Je ne pense vraiment pas qu’il y ait d’épidémie en France». «Il y aura des cas isolés, peut-être, mais il n’y aura pas d’épidémie parce qu’on sait faire, on sait contenir, on sait isoler ces patients».

https://twitter.com/i/status/1243986454553952257

Les propos de Yazdan Yazdanpanah en relais de ceux de la ministre de la santé de l ‘époque Agnès Buzin nous ont bien sur convaincu , Agnès Buzin estimait que  » Le risque d ‘épidémie était faible  » elle qui annonçait àprés l ‘échec du premier tour des municipales que c ‘est un tsunami sanitaire qui était devant nous.

A l ‘heure ou la gestion de la crise résonne comme une véritable approximation, entre pénurie de masques, décès massifs dans les Epad et cacophonie sur l’hydroxycholoroquine du professur Raoult, on a du mal à imaginer la véritable force de décision Macron, flanqué d ‘un premier ministre de plus en plus mal à l ‘aise et d’une porte parole aux allures rocambolesques.

L ‘envoi de batiments de la marine nationale d ‘abord en corse puis vers les  vers les départements ultra-marins, les navettes de l ‘armée de l ‘air pour décongestionner les hopitaux de l ‘est de la france et la mise en place d ‘un hopital de campagne sur le parking du centre hospitalier de Mulhouse, montrent à quel point la situation est grave. 

Aux prédictions calamiteuses du conseil scientifique fin janvier, le président Macron tente autant que faire ce peu  de montrer qu’il est encore à la manoeuvre.

En chef de guerre, sorte de Clémenceau des temps modernes, après l ‘image surréaliste d’un dieu Jupiter tout puissant, le miroir des vanités pourrait bien lui renvoyer celle plus modeste d’un Charlie Chaplin déjà visionnaire.

Creer un post !!

What do you think?